Notre projet

l’association les Vertes Côtes

L’historiqueLa chapelle les Vertes Côtes

L’Association les Vertes Côtes existe depuis 1966, elle est enregistrée sous la loi 1901.

Elle a été créée afin de permettre à des enfants issus de familles en difficultés de partir en vacances, à l’instigation de M. l’Abbé Sautreuil.

A l’origine, il s’agissait d’enfants essentiellement ruraux issus des villages où l’Abbé Sautreuil exerçait son ministère.

Aujourd’hui le public accueilli est issu à 90% de cette ville.

L’éthique

Le projet social de l’Association est d’accueillir sur la période estivale prioritairement (mais ouvert à tous) des enfants de familles au chômage, sans distinction d’origine, de couleur ou de religion, qui sans des Associations comme la nôtre n’auraient pas la possibilité de partir en vacances.

Cependant un lien permanent existe tout au long de l’année, entre l’Association et les familles. L’association joue ainsi, un rôle de conseil et de soutien moral.

  Nos priorités :

  • Le Respect
  • Le Bien être de l’enfant
  • L’épanouissement de l’enfant
  • Favoriser la valorisation individuelle, l’estime de soi
  • Favoriser l’autonomie
Afin de mieux nous connaître vous pourrez télécharger les documents suivant :

Notre Projet Educatif

Pour les organisateurs de séjours d’enfants ou de jeunes le Projet Educatif est un document construit par les administrateurs et validé par le ministère de la jeunesse et des sports et de la cohésion sociale.

Il traduit les valeurs de notre association et sert de base de travail aux équipes pédagogiques.
Les directeurs embauchés pour l’été doivent être en totale adéquation avec ces valeurs sans aucune concession de notre part.
L’enfant est au centre de nos préoccupations chaque acteur du séjour doit en être fermement convaincu.

Le handicap

Tiralo

L’Association « Les Vertes Côtes » a été créée en 1966. Dès le début les fondateurs M. l’Abbé Sautreuil et Melle Lemarchand ainsi que les premiers membres ont intégré le handicap dans le projet initial.

Voir une personne handicapée comme «  un ou une handicapé (e) » au lieu d’une personne à part entière atteinte d’un handicap provoque la peur et les tabous. Considérer cette personne comme un individu à part entière efface les inquiétudes, une égalité légitime s’installe  et le dialogue s’instaure tout naturellement.Incontestablement le handicap nous touche tous : à nous tous de combattre nos craintes.

Lors de nos séjours nous accueillons les enfants atteints d’un handicap, la seule limite que nous nous imposions est notre capacité à gérer médicalement ce handicap. Si aucun traitement n’est requis nous nous faisons un plaisir de recevoir cet enfant comme les autres au sein de l’une de nos sessions avec juste un plus d’attention.

Concernant nos locations nous sommes capables de recevoir des transferts d’établissements  car nous somme bien équipés, la municipalité a elle aussi amélioré la promenade du bord de mer. Elle a également investi dans un tiralo afin qu’aucun touriste ne soit privé de baignade.